Qui êtes-vous ?

Comment j’ai arrêté de fumer ?

Je m’appelle Jean Nicolas Seck. Je suis marié et  père  de quatre enfants : deux filles et deux  garçons, que  j’adore. L’ainé des  garçons est la  cause de mon arrêt du tabac (je  vous raconterais l’histoire plus tard).

Ma relation avec la cigarette a commencé depuis  ma  naissance. Mon père fumait et j’ai inhalé la fumée de Jean-Nicolas-seck ses cigarettes dès ma naissance. J’ai commencé très  tôt à piquer les mégots de tabac du cendrier de mon  père, par curiosité, pour goûter à la cigarette. À dix-huit je fumais régulièrement et achetais ma ration  quotidienne de tabac, tout en me cachant de mes parents.

J’ai arrêté de fumer après quatorze années de tabagie. Je ne fume plus depuis vingt deux ans.

Mais ce ne fut pas facile.

Pourquoi j’ai arrêté de fumer ?

La première cause de mon arrêt du tabac est la santé. J’étais victime de bronchite à répétition et je toussais comme si je devais vomir mes poumons. Sans compter l’essoufflement, le manque d’appétit et je dormais très mal. Il m’arrivait même de me lever en pleine nuit pour fumer.

Des parents très proches sont morts à cause de la cigarette, l’un d’un cancer de la gorge, l’autre d’un cancer du poumon. J’ai assisté à leur longue souffrance, je les ai vus dépérir puis mourir et croyez-moi ces images douloureuses ne s’oublient pas.

Alors, j’ai décidé d’arrêter de fumer. Quatre années de lutte avant d’y arriver, car, j’ai dû arrêter au moins une vingtaine de fois : la première fois je n’ai tenu que quelques heures, il m’est arrivé de cesser pendant six mois puis de reprendre. Mais chaque défaite me laissait découragé, me coutait en confiance en moi-même et en détermination.

Le désir d’arrêter était toujours présent en moi et je le nourrissais par la lecture des méfaits du tabac et par les souvenirs difficiles. Je rassemblais ensuite tout mon courage, toute ma volonté pour cesser de nouveau et pour subir une nouvelle défaite et puis …
Comment j’ai arrêté de fumer ?

Mon premier fils est né. Un événement magnifique et inoubliable. Trois semaines après sa naissance, mon épouse et moi discutions paisiblement pendant qu’elle l’allaitait et tout en parlant j’ai eu le geste automatique du fumeur, d’abord la boîte de cigarette où j’en ai pris une puis je tâtais mes poches à la recherche du briquet, c’est alors qu’elle m’a dit :

– tu ne vas pas commencer à empoisonner ton fils à peine né avec la fumée de tes cigarettes.

Cette remarque m’a frappé comme un coup de poing.

Je me suis levé pour aller fumer devant la maison, un passant m’a alors demandé du feu et… en un geste spontané, je lui ai donné et le briquet et la boîte de cigarettes en lui disant :

» tiens prends tout, je cesse de fumer à partir d’aujourd’hui. »

Il m’a regardé étonné en me remerciant. J’ai écrasé la cigarette à moitié fumée.

Oh! que ce fut dur : maux de tête, énervements, insomnies, envie de fumer, déprime puis euphorie tout y est passé.

Mais cette fois j’ai tenu bon en pensant à ce petit enfant, à toutes les défaites subies, à toutes les raisons d’arrêter de fumer.

Un jour puis deux puis trois sans cigarettes !

Puis une semaine deux, trois !

Ensuite un mois puis deux puis trois !

Finalement une année deux années et aujourd’hui vingt-deux ans sans tabac.

Quelle victoire ! Quelle fierté !

Je peux dire que je suis devenu non pas un ex-fumeur, mais un non-fumeur, simplement parce que je n’ai plus du tout envie de fumer. Et mieux la fumée de la cigarette me gêne.

J’ai cessé de fumer grâce à la détermination, à la volonté, à la confiance en soi et la persévérance :

quatre qualités naturelles que tout le monde possède.

Ce site est fait pour aider tous ceux qui veulent arrêter de fumer et même ceux qui n’ont pas encore pris la décision.

Autopsie d'un meurtrier

4.000 substances toxiques dont 50 cancèrigénes composent la cigarette.

 

Termes de recherche :

  • autopsie dune cigarette
  • je fume et jai des enfants