Méthode arreter de fumer

Une méthode pour arreter de fumer, peut prendre plusieurs formes. Quelle est donc la méthode pour arreter de fumer qui vous conviendra le mieux ?

Une méthode pour arreter de fumer naturelle, c’est possible. L’homéopathie est à ce titre très intéressante. Elle doit être envisagée sur le long terme, car les granules prennent leur temps pour agir sur l’organisme.

Là encore, patch, inhalateurs ou gommes peuvent être utilisées en complément. L’acupuncture, le laser, l’hypnose et la psychothérapie comportementale sont riche de possibilité : chacune est une méthode pour arreter de fumer qui ne passe par aucune médication, bien que toujours compatibles avec les substituts nicotiniques.

Quelle Methode pour arreter de fumer ?

Si vous êtes un homme, testez la méthode pour arreter de fumer avec le patch. Ce substitut nicotinique est en effet sexiste, et semble beaucoup mieux réussir aux messieurs qu’aux dames.

Il existe en 3 dosages différents : 7 mg pour une faible dépendance, 14 mg pour une dépendance « normale » (ou moyenne) ou 21 pour une très forte dépendance.

Avant d’essayer cette méthode pour arreter de fumer, le mieux est de consulter un généraliste, qui pourra prescrire le bon dosage (et donner droit éventuellement à des remboursements), puis assurer un suivi (des ajustements dans le dosage peuvent être nécessaire).

Cette méthode pour arreter de fumer peut bien sûr réussir aussi avec les femmes. Mais, le plus souvent, la gent féminine trouvera davantage d’efficacité dans des substituts nicotiniques tels que les gommes à mâcher ou les inhalateurs.

Pour les deux sexes, les traitements médicamenteux (zyban et champix) enregistrent également de très beaux résultats : cette méthode pour arreter de fumer peut d’ailleurs être associée à un substitut nicotinique.

Troisième politique MPOWER : offrir une aide à ceux qui veulent arrêter de fumer.

Seuls 5% de la population mondiale a accès à des services exclusivement destinés au traitement de la dépendance à l’égard du tabac.

Les fumeurs
éprouvent des difficultés à arrêter de fumer par leurs propres moyens; une aide et un soutien leur est, dans la plupart des cas, profitable.
C’est aux systèmes de soins des pays qu’il incombe en premier lieu de traiter la dépendance à l’égard du tabac.

Source : Organisation Mondiale de la Santé